Xavier Fourt

Entretien avec Xavier Fourt enregistré le 21 août 2017 à la Ferme de la Mhotte par Rieul Techer et Sylvia Fredriksson.

Bureau d’Études

Bureau d’Études. Genèse et parcours

Contexte de la Ferme de la Mhotte

La Ferme de la Mhotte

De l’Atlas des priorités à la Ferme de la Mhotte

Anthropocentrisme

À mon sens, dans la question du commun et des communs est posée d’un point de vue anthropocentrique.

Pour poser la question du commun et des communs d’un point de vue élargi, c’est-à-dire post-anthropocentrique, une approche institutionnaliste ne suffit pas. Cela pose des questions ontologiques.

Biotique

Comment nomme-t-on d’autres types de communs qui ne sont justement pas des communs environnementaux ? Ce que je qualifie de communs environnementaux, ce sont des ressources, c’est-à-dire des biens qu’il faut gérer pour le bien de tous. Ces ressources sont aussi nommés biens publics environnementaux. Parfois, les différences ne sont pas très claires. Il existe une nébuleuse de termes qui ne sont pas très bien discernables, et l’approche est toujours très juridicisante. Il s’agit toujours soit d’une question de droit, soit d’une question politique, mais d’une politique malgré tout juridicisé.

Comment trouver des modes d’appréhension d’un commun multi-espèces (d’un commun biotique ou commun paysager) qui puisse déboucher sur des déterminations d’usage, pas forcément sous la forme de règles (même si cela peut avoir des aspects techniques) ?

C’est un champ de problématisation à ouvrir.

Habitus

Charte de la Ferme de la Mhotte

One Comment

  1. Pingback: Communs et cartographie des réseaux | Note(s)

Laisser un commentaire